Aujourd’hui, à l’heure où on fête le centenaire de l’armistice de la Première Guerre mondiale, il me fallait rendre hommage à ces infirmières qui ont accompagné les soldats et la population durant le conflit. Par la suite, la formulation publique des buts de guerre se révèle souvent nécessaire pour déterminer si lutter pour telle ou telle ambition en vaut toujours la peine[5]. En 1918 on comptait 1 325 000 soldats français morts. Après l’échec des discussions politiques, l’Autriche-Hongrie déclara la guerre à la Serbie. ... Ligue 2 : c’est reparti à Caen où Sochaux mène de trois buts. Les partisans d'un projet de bandes frontalières au sein du gouvernement et de l'armée ne pensaient qu'à un rachat systématique, dans la continuité de la politique prussienne dans l'Ostmark, et non à une évacuation violente et contraire aux droits de l'homme, même pendant la guerre, comme l'a fait le Troisième Reich[51]. Les monarques fixent lors de ces rencontres les lignes directrices des relations entre les deux empires, établissent les termes généraux des accords de principe entre les deux monarchies, que leurs conseillers doivent préciser lors de négociations ultérieures[3],[5],[6]. L'Europe entière prend feu ; un conflit s'ouvre dont le développement inaugurera dans l'histoire des hommes le tragique phénomène de la guerre totale et mondiale.Totale, elle le deviendra fatalement par sa durée, qui exigera l'engagement de plus en plus global des peuples ;mondiale, elle le sera rapidement aussi en raison du poids que pèse l'Europe dans le monde au début du xxes. Entre le moment de la signature du traité de Brest-Litovsk et la défaite des Empires centraux, l'Empire allemand formule une volonté d'annexions étendues à l'est et au sud-est. Cette colonisation à l'est de bandes frontalières polonaises par des Allemands de Russie (Russlanddeutschen), prévue par la Oberste Heeresleitung, va dans le même sens que les projets des nationaux-socialistes. L’extrême violence des combats. L'objectif à long terme qu'Hitler s'était déjà fixé dans les années 1920, celui d'un empire oriental sur les ruines de l'Union soviétique, n'était donc pas seulement une vision, mais trouvait dans la réalité un point d'attache, celui de 1918. La première Guerre Mondiale (1914-1918) Connaissances: Les tensions en Europe avant la guerre La guerre de mouvement et la guerre de position. Toutefois, les dirigeants sont conscients que même en retirant toute « liberté d'action politique » à la Serbie, cette dernière finirait toujours par se redresser contre la double monarchie. Il y a eu récemment des guerre économiques pour récuperer des hydrocarbures il y a aussi la renommé, montrer sa puissance, étendre son territoire .. Pendant les négociations concernant les clauses supplémentaires du traité de Brest-Litovsk, Ludendorff essaie d'amener dans la sphère d'influence allemandes les territoires de Lituanie, d'Estonie et de Crimée, les territoires de Cosaques du Kouban et du Don comme pont vers le Caucase, le territoire du Caucase en lui-même, le territoire des Tatares, des cosaques d'Astrakhan et des Turkmènes, ainsi que le Turkestan. Les composantes nationales (völkisch) motivant cette colonisation apparaissent alors comme une composante de la politique des buts de guerre[22]. L'Allemagne est bien plus grande et l'Autriche et la Hongrie ne forment qu'un seul et unique empire : l'Empire austro-hongrois. La puissance allemande en Europe doit également passer par la création d'une union douanière[14] regroupant la France, la Belgique, les Pays-Bas, le Danemark, l'Autriche-Hongrie, la Pologne et éventuellement l'Italie, la Suède et la Norvège. Exposé de 7 pages en histoire contemporaine : XIXe, XXe et XXIe : Les buts de guerre allemands pendant la Première Guerre mondiale. Définition, Résumé, Dates clés, Causes, Conséquences de la Première Guerre Mondiale, surnommée la Grande Guerre ou Guerre de… Les camps de concentration français de la Première Guerre mondiale, 1914-1920 (Historiques) Popular Brands Secure Excellent 4.6/5 18,065 reviews on Trustpilot 27/11/2020. Ils reflètent ce que les gouvernements et de l'opinion publique des États belligérants veulent atteindre sur le plan territorial, politique ou économique. À l'époque du nationalisme et de l'impérialisme, presque personne ne reconnaît que les annexions n'affaibliraient pas l'ennemi et ainsi que la paix ne pourrait pas être assurée, mais au contraire de nouveau mise en danger[7]. L'Allemagne, ayant pris l'Alsace et la Lorraine à la France lors de la guerre déroulé en 1870-1871, donne envie à la France de se venger et de reprendre ces 2 régions. Le division de la Grèce en deux camps (vénizélistes et monarchistes) n’empêchait guère les deux antagonistes de partager un but commun : celui de réaliser la « Grande Idée », c'est-à-dire voir la Grèce occuper la Thrace orientale, le détroit des Dardanelles, Constantinople, la ville de Smyrne et son pays intérieur. Les buts de guerre de la Première Guerre mondiale ont été établis après le début du conflit. Les États frontaliers de la Russie, de la Finlande jusqu'à la Géorgie, ne sont pas directement annexés mais dépendent étroitement en manière de politique économique et militaire de l'Empire allemand. Cependant, dès le lendemain, les Dioscures se rendent à Avesnes-sur-Helpe, au centre de commandement des groupes d'armées promis à être engagés dans les offensives planifiées pour le printemps[1]. L'installation des services de l'état-major et de ses principaux responsables débute à partir du mois de février. Lors de la conférence germano-austro-hongroise des 14 et 15 août, Guillaume II se présente à Charles Ier en uniforme austro-hongrois, tandis que Charles a revêtu un uniforme allemand[e]. Quelles sont les conséquences de la Première Guerre mondiale sur l'économie et les finances européennes (4 réponses)? Bien en accord sur le dessin commun, leurs positons divergeaient néanmoins sur la méthode à adopter. Les annexionnistes essaient, pour le dire simplement, de résoudre par l'expansion les grands problèmes de l'Empire en matière de politique étrangère. Deux alliances majeures se forment alors… Ainsi, à l’annonce de la victoire des Turcs sur les Anglais, Australiens et Néo-Zélandais en 1916, cette décision aura finalement rehaussé le prestige de Constantin qui aura été félicité pour sa clairvoyance. La politique des buts de guerre de l'Empire allemand était l'illusion de la puissance allemande à travers une surestimation irréaliste. En 1912, la première guerre dans les Balkans a eu lieu.. L’Empire ottoman perdait la Libye et les Bulgares s’installaient à Istanbul. Occuper la Croatie, la ville de Trieste et les provinces du Trentin et Frioul. Toujours selon Burián, la Serbie devrait être, parallèlement aux territoires garantis à la Bulgarie, réduite par la rétrocession des territoires appartenant autrefois à l'Albanie et par une vaste régulation des frontières avec deux têtes de ponts au profit de la monarchie. Toutefois, il y a des cas où raison de guerre et buts de guerre se recouvrent, comme c'est par exemple le cas pour l'Italie, la Roumanie ou la Bulgarie. L'imbrication d'une pensée économique et d'éléments émotionnels pures avec un manque du sens du réel, ainsi qu'une surestimation de ses propres forces et une sous-estimation de celles de l'ennemi sont les caractéristiques de cette politique[48]. Les élites agraires et industrielles du pouvoir traditionnel de l'Empire ont essayé d'empêcher les réformes nécessaires par une victoire, afin d'affirmer leur position sociale au sein du pays. Le but de guerre qu'est la constitution d'une Afrique centrale allemande est ardemment poursuivi. Ils vont de simples peurs à des intérêts économiques particuliers en passant par des rêves flagrants de toute-puissance. Le 9 septembre 1914, le chancelier Bethmann Hollweg définit avec Kurt Riezler les buts de guerre allemands dans son Septemberprogramm. L'entrée militaire à l'ouest s'est faite par deux fois de manière relativement civilisée alors qu'à l'est on trouve quelque chose de plus brutal, brutalité exacerbée sous Hitler[53]. En effet, la ville compte de nombreux hôtels en mesure d'accueillir les services d'état-major de l'armée allemande en campagne[1]. Dans la deuxième moitié de la guerre, l'expression socialiste « paix sans annexions[25] » est très populaire. La Première Guerre mondiale : vers une guerre totale (1914-1918) La Première Guerre mondiale, vers une guerre totale (1914-1918) est l’un des trois thèmes à traiter dans le cadre de la deuxième partie du programme intitulée « Guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945) ». Le Gouvernement provisoire russe, dirigé par le prince Gueorgui Lvov puis par le socialiste Alexandre Kerenski, présente la continuation de la guerre comme une lutte des démocraties contre les empires autoritaires (allemand, austro-hongrois et ottoman) sans arriver à résoudre la contradiction entre le maintien de l'unité russe et les revendications des Polonais, Finlandais, Ukrainiens et autres peuples périphériques[66]. Voir les commentaires dans Droz (Jacques), Les causes de la Première Guerre mondiale.Essai d’historiographie. En 1908, insatisfaits par la gestion du sultan, de jeunes Turcs se sont révoltés et ont pris le pouvoir.La Révolte des Jeunes Turcs a alors été menée avec l’ambition de ralentir le déclin de l’Empire ottoman. Le programme est le résultat de la mise en commun de nombreux programmes sur la future Europe. Les militaires obtiennent la démission du chancelier Hertling, hostile à toute négociation avec les Alliés et à toute réforme intérieure avant la fin du conflit, ainsi que la nomination de Max de Bade au poste de chancelier du Reich. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. On cherche alors à définir les buts de guerre de l'Autriche-Hongrie. Inflation et emprunts. Les attentes de l'opinion publique allemandes, aiguisées par l'agitation nationaliste, limitent les possibilités d'action du gouvernement impérial (encore relativement objectif) de Bethmann Hollweg, et augmentent la divergence entre les illusions de politique mondiale et les réalités du continent européen[39]. Ce n'est qu'après cela que le combat pour la place au soleil a de bonnes chances d'aboutir[10],[11]. Il y a 100 ans, le 11e jour du 11e mois à 11h, la Première Guerre mondiale prend fin. Dans l’ensemble, plus de 2,5 millions d’Africains, soit bien plus de 1% de la population du continent, participèrent d’une façon ou d’une autre à l’effort de guerre. 1918 représente l'apogée des projets de l'Allemagne concernant ses buts de guerre. En fait, cet appel aux revendications nationales est vite contredit par la politique de russification de l’administration, des écoles et du clergé menée en Galicie orientale et en Bucovine occupées par l'armée russe après la première offensive de Galicie en 1914[62]. Les conférences fournissent également la possibilité aux membres du gouvernement civil d'exposer aux militaires la dégradation de la situation intérieure, celle du Reich comme celle de la double monarchie, tout comme elle permet aux militaires d'exposer aux civils certains aspects de l'épuisement militaire du Reich[22],[23]. La conquête de la Serbie en 1915 par les Austro-Hongrois motivera davantage sa décision. Quelques semaines plus tard, la survie a éclipsé les plans d'acquisition[54]. Le Luxembourg et les Pays-Bas doivent également être annexés à l'Allemagne[13]. La version du 30 juillet 2018 de cet article a été reconnue comme «, Plusieurs conférences étalées sur cinq mois, Affirmation constante des buts de guerre allemands, Inséparables l'un de l'autre aux yeux de l'opinion publique allemande, ces deux militaires sont assimilés aux, En 1918, la double monarchie est totalement épuisée par le conflit qui se prolonge. En effet, la jeune république du Portugal (depuis 1910) avait décidé de participer à la Grande Guerre à partir de 1916, afin de reprendre une place perdue dans le concert des nations. Cependant, en dépit de ce consensus sur les objectifs poursuivis durant le conflit, l'exposition de ces buts de guerre permet aussi à chaque membre du gouvernement allemand de défendre des positions parfois divergentes avec celles d'autres instances impériales allemandes : la satellisation de certains territoires apparaît satisfaisante pour les uns, essentiellement les militaires, tandis que les représentants du ministère allemand des Affaires étrangères se montre partisans de l'usage privilégié de l'arme commerciale comme moyen de contrôle des territoires ainsi arrimés au Reich[16]. La conférence d'août se tient alors que les armées allemandes et austro-hongroises ont épuisé les moyens de leur empire respectif, en hommes et en matériel, et se montrent incapables d'affronter les percées alliées, présentes ou à venir. Le noyau de la politique des buts de guerre allemande à l'ouest reste la Belgique. Les buts de guerre américains sont énoncés dans les « quatorze points de Wilson » énoncés par le président Woodrow Wilson dans un discours au Congrès des États-Unis, le 8 janvier 1918. Politique d'avant-guerre, buts de guerre d'avant 1914 et buts de guerre de 1918 forment une unité, tout comme les buts de guerre des différents groupes, partis et classes en forment une[47]. En effet, les populations civiles subissent une disette rigoureuse, en dépit du rationnement mis en place dès la perte de la Galicie à la fin de l'été 1914. Le 10 mars 1917, le tsar se résigne à signer un projet d'indépendance complète, d'ailleurs très théorique puisque la Pologne est occupée par les Allemands et Austro-Hongrois qui ont proclamé un « royaume de Pologne » sous leur tutelle. Rapidement, Spa et sa région rassemblent les services de l'état-major de l'ensemble des armées du Reich en campagne. Le projet d'un Südostbund est quant à lui en concurrence avec les vues de l'Empire ottoman[30]. 1 talking about this. Le national-socialisme a repris sans égard et de manière plus énergique et brutale que ne l'avait fait l'empire de Guillaume II l'idéologie de la sphère orientale et la volonté allemande d'expansion à l'est. Selon Burián, le but de cette conférence est d'aborder la situation et les buts à atteindre à travers la guerre. Néanmoins, sa persistance à la neutralité ne durera pas et il devra abdiquer en faveur de l’administration vénizéliste qui fera entrer le pays dans le camp de l'Entente en 1917. Née à la suite des antagonismes européens du début du XX e siècle, la « Grande Guerre », comme elle devait s'appeler plus tard, a embrasé le monde et plus particulièrement l'Europe, qui a été le théâtre des plus violentes batailles.La Première Guerre mondiale est le début d'une nouvelle ère et donc la fin d'une autre. Le conseil des ministres commun se réunit le 7 janvier 1916 avec l'impression d'un événement militaire décisif imminent. La Russie dans la Première Guerre mondiale est un des belligérant majeurs du conflit : d'août 1914 à décembre 1917, elle combat dans le camp de l'Entente contre les Empires centraux.Au début du XX e siècle, l'Empire russe fait figure de grande puissance par l'immensité de son territoire, le chiffre de sa population, ses ressources agricoles. Les gouvernements ne parlent, dans la première phase de la guerre, des buts de guerre que de manière générale, et cela jusqu'en 1917[4] ; ils se consacrent plus volontiers à rallier l'opinion publique à l'idée de victoire. Beaucoup considèrent cela comme dangereux et inutile, car la proclamation de buts de guerre concrets pourrait entraîner des obligations qu'il serait préférable d'éviter : ne pas atteindre les buts de guerre annoncés publiquement pourrait en effet être perçu par la suite comme une défaite. Pavel Milioukov, ministre des Affaires étrangères du nouveau gouvernement, veut reprendre les vieilles revendications des tsars sur Constantinople et les Détroits mais il est contrecarré par le soviet de Petrograd, nouveau pouvoir qui concurrence celui du Gouvernement provisoire : le 14 mars 1917, le soviet adresse un manifeste « aux peuples du monde entier » pour exiger une « paix sans annexions ni indemnités ». Pendant longtemps a dominé en Allemagne de l'ouest la pensée selon laquelle il n'existait aucun lien entre les buts de guerre allemands pendant la Première Guerre mondiale et ceux de la seconde. Les députés au Reichstag sont en majeure partie favorables aux annexions annoncées par le Septemberprogramm, seuls les sociaux-démocrates s'y opposent[16]. Grâce aux gains territoriaux dans le nord, il serait alors possible de céder certains territoires à la Grèce dans le sud pour garantir sa neutralité. Elle est également correctement reliée au réseau ferroviaire et bénéficie d'une plus grande proximité avec le front, sur lequel les membres de l'état-major peuvent donc plus facilement se rendre[1]. Les quatre conférences sont présidées par Guillaume II, l'empereur allemand. La Première Guerre mondiale a été un désastre à bien des égards, et chacun des pays impliqués croyait fermement que le conflit serait résolu en quelques semaines ; ils avaient tort, car très vite, de la perspective d'une guerre éclair, on est passé à une guerre de tranchées. Il rend publics les documents diplomatiques de l'ancien régime en rejetant les objectifs de la « guerre impérialiste » et signe avec l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie le traité de Brest-Litovsk, le 3 mars 1918. La confusion est en effet fréquente entre trois choses qu’il convient de distinguer : les programmes, les manuels et la réalité des cours dans les classes. Des armes et des objets de soldats de la Première Guerre mondiale déterrés avec NG. La Première Guerre Mondiale est remportée par la Triple Entente, dont la France, contre la Triple Alliance, dont l'Allemagne. En autorisant cette discussion, l'OHL met en place un moyen décisif en vue d'une guerre totale et d'une conduite idéologique de la guerre[18]. La double monarchie connaît elle aussi une situation intérieure préoccupante au début de l'année 1918. Le nationalisme a rendu les peuples sensibles à la question des frontières et des pertes territoriales, si bien que toute atteinte à ces dernières a des conséquences diplomatiques désastreuses durables. Depuis le programme de septembre, aucun des responsables politiques ne démord de l'idée que la Belgique doit devenir un État vassal en réalisant des annexions aussi importantes que possible[19]. Pour la Belgique, le chancelier prévoit également un large programme d'annexions, Liège et Verviers doivent être annexées à la Prusse et le pays entier doit devenir un État vassal et une province économique allemande[12]. La « campagne contre l’Allemagne » qui s’ouvre à l’été 14 […] Chacune des conférences fait l'objet d'une minutieuse préparation des responsables allemands, civils et militaires, qui y sont convoqués. Constantin Ier souhaitait quant à lui atteindre ces buts tout en préservant le pays de risques trop grand. Les projets nationaux (völkisch) d'évacuation et de colonisation de la sphère orientale (Ostraum) étaient déjà présents dès le début de la guerre, même s'ils ne se sont imposés à l'ensemble des élites du pouvoir de l'Empire qu'en 1918 après le triomphe de courte durée du commandement suprême de l'armée allemande[50]. Comment s'appelle le traité de paix qui met fin définitivement à la Guerre ? La Première Guerre mondiale est une guerre de tranchées, soumettant les soldats à une violence inédite. Geneviève Migeon et Henri Thiès), Les Buts de guerre de l'Allemagne impériale (1914-1918) [« Griff nach der Weltmacht »], Paris, Éditions de Trévise, 1970, 654 p. (notice BnF n o; Pierre Jardin, « La fin de la guerre en Allemagne », Revue historique des armées, n o 251,‎ 2008, p. Clémenceau, le « Père la Victoire ». La guerre de position se met en place à la fin de l’année 1914. Cette page est un lieu d’échange. Retrouver les terres perdues lors de la Seconde Guerre balkanique. Les participants à cette conférence, l'événement le plus représentatif et le plus important pour la politique des buts de la monarchie, sont les deux ministres-présidents Karl Stürgkh pour l'Autriche et István Tisza pour la Hongrie, les ministres communs Ernest von Koerber pour les finances, Alexander von Krobatin pour la guerre et Stephan Burián alors ministre des Affaires étrangères et président de la conférence, ainsi que le chef de l'État major Franz Conrad von Hötzendorf[55]. C'est ainsi qu'une paix de conciliation est restée impensable pour les dirigeants allemands, tant elle aurait signifié une perte de leur pouvoir de manière aussi certaine qu'une défaite venue de l'extérieur. Ainsi, la préparation allemande de la conférence du 12 mai, devant se conclure par la vassalisation de la double monarchie au profit du Reich, occasionne la tenue de multiples moments de négociations entre les membres des gouvernements allemand et prussiens d'une part, Hindenburg et Ludendorff de l'autre, dans les jours précédents à Berlin, au siège de la chancellerie du Reich ou au siège du ministère allemand des Affaires étrangères[9]. Seule la dégradation continue de la situation militaire à partir du 8 août 1918 pousse les responsables militaires de l'OHL à demander l'ouverture de négociations d'armistice. La question déterminante est de savoir s'il serait plus facile « de résoudre la question serbe si seulement 66 % de tous les Serbes appartiennent à la monarchie et 34 % vivent dans un État indépendant que si 100 % des Serbes étaient nos sujets. Le 4 mars 1915, il adresse une note aux ambassadeurs de l'Entente pour leur faire savoir que la Russie, en cas de victoire, entend occuper les Détroits, la rive asiatique jusqu'au fleuve Sakarya, la rive européenne jusqu'à une ligne Enes-Midia et les îles d'Imbros et Tenedos en mer Égée[63]. Au nom de la patrie : les intellectuels et la Première Guerre . Toute volonté d'expansion de sa part entrait alors en opposition avec l'équilibre des forces en Europe. Les buts de guerre détaillés sont secondaires, seul le caractère héroïque de la guerre compte. Les autres, plus mesurés, essaient par contre d'atteindre ce but par des réformes intérieures, sans pour autant exclure l'expansion. Toutefois, celle-ci se révèle être complètement utopique en raison du trop grand éloignement et de la domination turque[31]. Pendant les premiers mois de la guerre, Nicolas Nikolaïevitch est nommé commandant de l'armée impériale russe et, avec la discrète approbation du tsar et du conseil des ministres, lance une proclamation aux Polonais et autres peuples slaves d'Autriche-Hongrie pour les inviter à se ranger sous la bannière russe. Le gouvernement du Reich est représenté par le chancelier du Reich, Georg von Hertling, en fonction du 1er novembre 1917 au 30 septembre 1918. Stephan Burián von Rajecz, ministre austro-hongrois des Affaires étrangères en fonction du 16 avril au 24 octobre 1918, assiste l'empereur-roi Charles Ier, lors des rencontres germano-austro-hongroises du 12 mai et du 14 août 1918[9],[10]. Pour en savoir plus sur le rôle de la Russie pendant la Première Guerre Mondiale : Fritz Fischer : Les Buts de guerre de l’Allemagne impériale (1914-1918) [« Griff nach der Weltmacht »]. On aperçoit donc une disproportion entre une forte influence « vers le haut » et un manque de portée « vers le bas ». À la demande des Dioscures Paul von Hindenburg et Erich Ludendorff[c], l'empereur allemand Guillaume II émet un ordre transférant l’Oberste Heeresleitung (OHL) à Spa au début de l'année 1918[1]. La Russie doit retirer ses troupes de Finlande et de la province de Kars avec les villes de Ardahan, Kars et Batoumi. Ainsi, les conférences des 2 et 3 juillet et du 29 septembre 1918, ainsi que le 13 août, première journée de la conférence du mois d'août, s'apparentent à des conseils de la couronne impériale allemande, auxquels participent les Dioscures, principaux animateurs de l’Oberste Heeresleitung. Bethmann Hollweg fait partie des partisans d'une politique continentale. Tout comme les Alliés, les Empires centraux utilisent les buts de guerre pour encourager leur population, leurs alliés ou les pays neutres, ou bien les brandissent pour menacer et ainsi décourager leurs ennemis[8]. La propagande a joué un rôle majeur lors de la Première Guerre mondiale en influençant les populations, elle peut être subdivisée en trois aspects: Financement de la guerre La Première Guerre mondiale a posé à la France en particulier, mais aussi aux états européens, un très grand problème de financement qui devrait être résolu. … Chef de létat-major allemand depuis 1891, le comte Alfred von Schlieffen (1833-1913) comprend que la « Weltpolitik » de Guillaume II obliger… Visiter le site. Le professeur Ernst Rudolf Huber estime que « du point de vue des buts de guerre annexionnistes, on ne peut formuler le reproche ni pour l'une ni pour l'autre des parties d'être entrées dans la guerre, vu le fondement de cette dernière, comme dans une guerre de conquête[1] ». 5 Fischer (Fritz) (traduction française), Les buts de guerre de l’Allemagne impériale, Trévise, 1970. D'après Wehler, les buts de guerre allemands avaient pour les élites du pouvoir un aspect fondamental, celui de « parenthèses d'intégration », celui d'un moyen servant à créer l'unité politique et sociale au sein d'une société wilhelmienne fortement divisée[43]. Depuis la crise bosniaque de 1908, Nicolas II et une partie de l'opinion russe craignent la montée du pangermanisme incarné par l'alliance de l'Allemagne et de l'Autriche-Hongrie. Cette politique, que Burián qualifie lui-même de « conservatrice et purement défensive[60] », pourrait contribuer à assurer la suprématie définitive de la monarchie dans les Balkans. La diffusion de la propagande alliée dans le Reich, facilitée par les échanges épistolaires entre le front et l'arrière, contribue aussi à démoraliser les unités allemandes. Le problème résidait dans le mode de pensée dépassé de la plupart des annexionnistes dans les catégories de l'époque agraire, pensée selon laquelle la solution des difficultés intérieures nées de l'accroissement phénoménal de la population dû à l'industrialisation rapide de l'Allemagne ne pouvait être qu'une expansion territoriale traditionnelle, liée à une colonisation paysanne. La révolution d’Octobre (novembre 1917) bouleverse encore la politique de la Russie : le gouvernement bolchevik dirigé par Lénine annonce qu'il se retire immédiatement de la guerre et ouvre des pourparlers avec les Empires centraux. Bien que les buts de guerre affichés ou tenus secrets recouvrent en partie des exigences extrêmes comme des annexions, l'entrée en guerre ne peut …

M'entends Tu Saison 3, Matériel De Plongée D'occasion En Belgique, Télécharger Netflix Apk Android Tv, Exception Au Plu, Planning Ener'gym Montbrison, Hôtel Richelieu Mont-de-marsan, Télécharger Application Tous Anti-covid, Mon Espace Client, Chili Cheese Nuggets Lidl,