On considère la première Danse Macabre, celle du cimetière des innocents de Paris réalisée en 1424. Il est maintenant admis que la danse macabre a été peinte au XV e siècle en trois étapes :. La peinture s’étend sur 3 panneaux et 4 piliers. La toute première réalisée en France selon les historiens. La danse macabre peut être une représentation littéraire ou picturale rappelant de façon allégorique le pouvoir inévitable de la Mort. La danse macabre qui s'étend sur un mur de la nef, en l'église Saint-Germain de La Ferté-Loupière (Yonne), est l'une des nombreuses descendantes de celle qui décorait le cimetière des Innocents à Paris entre 1424 et 1663. The danse macabre, in a sense, is a way to normalize and rationalize the short-lived nature of the Middle Ages. The Cimetière des Innocents in Paris featured beneath the arches of its walls skeletons leading prominent men to their demise. Cette danse était peinte sur l’un des murs du cloître du Tout lire… Il est presque certain que les illustrations de l'ouvrage de Marchant sont celles de la danse macabre du cimetière des Innocents, sans s'agir toutefois d'une représentation exacte. It was painted in 1423. On peut certainement comparer cette fresque de Kermaria An Iskuit avec la publication des gravures de l’éditeur parisien Guyot Marchant. La Danse Macabre du cimetière des Innocents. It was the oldest and largest cemetery in Paris and had often been used for mass graves. Paris Cemetery of the Holy Innocents As mentioned above, the first visual example of the Dance of Death comes from a painting in an arcade of Paris’ Cemetery of the Holy Innocents. I.1. The Holy Innocents' Cemetery (French: Cimetière des Saints-Innocents or Cimetière des Innocents) is a defunct cemetery in Paris that was used from the Middle Ages until the late 18th century. Tous les auteurs s’accordent pour reconnaître que la danse macabre représentée au cimetière des Innocents à Paris est la première oeuvre de ce type connue en Europe. En 1485, l'éditeur Guyot Marchant publia une adaptation gravée de cette dernière avec les poèmes qui l'accompagnaient, faisant dialoguer les vivants et les En effet, ce dernier a publié une Danse macabre du cimetière des Innocents en 1485, puis sorti en 1486 une Danse macabre des femmes, faisant ainsi le pendant féminin d’un sujet ne montrant que des hommes. innocents de Paris : d'après l'édition de 1484 / [composée par maistre Jehan Gerson] ; par l'abbé Valentin Dufour,... -- 1874 -- livre Motif artistique très populaire au Moyen Âge, la danse macabre tire très certainement son origine de celle exécutée en 1424, au cimetière des Innocents de Paris. “In Germany it was the Totentanz of Passion Plays; in France there are records of the Danse Macabre performed in the Cimetière des Innocents, near Paris, in 1424. Aujourd’hui disparue, elle reste célèbre grâce aux gravures publiées. Dans le manuscrit de 1485, les colonnes séparant les groupes de figurants représentent les arches en pierre du cloître. La dance macabre des SS. Elle a inspiré la fresque du Campo Santo de Pise (vers 1385) et précède d'un siècle la Danse macabre du cimetière des Innocents à Paris. S'il existe entre la « légende » des trois morts et des trois vifs et la Danse macabre plus d'un point commun, c'est sous la plume de Jean Le Fèvre que ce motif s'est vraiment révélé au public. The following thesis discusses the very first depiction of the "Danse Macabre" (Dance of the Dead) at the Paris cemetery of the Holy Innocents.