Richard Minier, Edouard Salier,De Un film Alien divertissant, visuellement réussi et qui clôt bien la saga, mais pas exempt de reproches.Certains ont aimé cet opus, mais pour moi la mayonnaise n'a pas pris du tout. À mes yeux le meilleur opus de la saga Alien derrière l'intouchable chef d'oeuvre de Ridley Scott et devant ceux de Cameron et Fincher. Non, ça ne s'invente pas.Le quatrième Alien se démarque des précédents par un ton volontairement plus léger,voire décalé,tout en n'omettant pas l'ambiance unique de la saga.Il faut dire que la patte de Jean-Pierre Jeunet,qui est aux commandes est bien présente,et il vient même accompagné de ses acteurs fétiches Ron Perlman et Dominique Pinon.Pour boucler la boucle,Ripley ressuscite sous la forme de son propre clone.Elle a toujours cette relation si particulière aux Aliens qui la protège et la vulnérabilise à la fois.L'interprétation de Sigourney Weaver est modifiée en conséquence.Elle devient sarcastique et pessimiste.Une station orbitale sert de base à de nouvelles joutes,avec l'arrivée de pirates de l'air excentriques,dont une femme synthétique douée d'émotions(Winona Ryder).En 1h50,Jeunet fait une synthèse de la franchise avec au final la naissance d'un Alien à forme mi-humaine.Très sanglant,"Alien,la résurrection" ressemble plus à une série B traditionnelle dans l'espace(d'ailleurs,l'Alien n'est plus suggéré,mais régulièrement montré),où le seul but est de survivre pour s'échapper.Il regorge bien entendu de séquences radicales comme l'attaque sous-marine ou la salle des clones.Le dérangeant cotoie le trivial.Une vision personnelle pour sûr,mais une qualité en baisse.Une conclusion digne cependant,pour un univers d'une richesse impressionnante.Avec Là, c'est un bon score, dans le sillage d'.Naturellement et résolument construit en opposition aux trois premiers épisodes,Impossible de ne pas saluer l'interprétation de,Pour une scène excitante (Ripley face à ses clones : une séquence que le studio a tenté de retirer, mais pour laquelle Weaver s'est battue), il y a un moment absurde (.Le seul bon côté que je trouve à ce film, c'est son titre, qui me rappelle les 2 chefs d'œuvre et à mon avis le très bon film qui l'ont précédé. Comme dans tout Alien (celui de Cameron un peu moins, tout de même), Alien, Ressurection débute comme un film d'ambiance, et laisse à Jeunet le soin d'apposer à la série son univers (que je me dois de découvrir, d'ailleurs), fait de dérision et de burlesque. Le cauchemar reprend. Cela aurait juste été plus jyste pour le film et objectif de votre part. Il jongle avec les scénes d'action(non stop, de ce coté ça envoie grave, la scéne sous l'eau c'est énorme) façon aliens de cameron(enfin j'trouve) et la "philosophie" des épisodes précédents, tout en ajoutant sa petite moral.Pari risqué pour Jean Pierre Jeunet de redonner vie à Ellen Ripley sous une autre forme mais pari réussi. Le film verse alors sans complexe dans la série B (plutôt haut de gamme pour le genre, rassurez-vous) et offre quelques passages d'action cultes (la scène sous-marine est remarquable). Par contre il y a un truc qui m'embête : que les producteurs soient tellement avides d'argent qu'ils font revivre Ripley (c'est un clone, je sais, mais il ne faut pas se leurrer, ce clone c'est Ripley, ni plus, ni moins), je ne peux pas le reprocher à Jeunet, mais je continue à penser que la saga aurait pu se renouveler en changeant de héros ou d'héroïne parce qu'en plus ce personnage de clone froid et inhumain j'ai eu peu de plaisir à le suivre et il m'a laissé de marbre, surtout quand on voit la galerie de personnages intéressants qui l'accompagnent. [Critique] Alien Résurrection (Jean-Pierre Jeunet, 1997). Jamais séquelles n’auront été autant attendues, scrutées, décortiquées, parfois malmenées par la critique, mais jamais snobées par le public. Alien, la résurrection impose cette fois un rassemblement des genres explorés dans les autres Alien mêlant cette fois horreur, action et psychologie. Et puis, en clonant Ripley, puisqu'elle avait un alien dans le bide à la fin du 3, bah son clone se retrouve aussi avec une larve alien. 3,8 19638 notes dont 1003 critiques. Après des années d'effort les scientifiques ont enfin réussit a créer un clone parfait de Elen et de l'alien qu'elle portait en elle grâce à son sang récupérer sur la planète pénitencière ou elle est morte . Son âge d’or, celui de la saga aussi. Les effets spéciaux sont très réussis (la progression des effets spéciaux de la saga est d'ailleurs intéressante : Scott, du fait de son petit budget, économisait les effets visuels, ce qui rendait l'atmosphère de son film plus oppressante, Cameron sur son Aliens avait des effets visuels un peu datés aujourd'hui mais vraiment bons pour l'époque et Fincher avait avec Alien³ des effets visuels assez laids. La fin et son Alien hybride est assez mauvaise.je suis a laler le voir au cinoche en son temps, et c'était une horreur, un opus comique à part pas du tout raccord avec l'ambiance des films de Scott et Cameron, sans compter le ratage de Fincher en bisbille avec la Production.L histoire n'est pas la plus inventive mais j'aime le style Jeunet et surtout le jeu de Sigourney Weaver est juste parfait. Jean-Pierre Jeunet bénéficie d'un scénario aussi habile qu'intéressant qu'il met très bien en scène, créant tout le long une atmosphère ambiguë, intrigante et prenante, tout en donnant un ton plus léger et n'hésitant pas à rajouter quelques touches d'humours et d'autres bien fun. Jean-Paul Rouve, Djibril Vancoppenolle, Dayla De Medina,Avec Ripley n'a jamais été aussi belle, puissante et dangereuse. Androïde dissimulé sous l’apparence d’une jeune et jolie garçonne, elle a pour mission de procéder à la destruction totale des aliens. Pourquoi ? Donc elle est morte réduite en cendre et la larve aussi. Jeunet bénéfice aussi d'un excellent casting avec comme toujours Sigourney Weaver en tête d'affiches, bien épaulé cette fois-ci par Winona Ryder, Ron Perlman ou encore Dominique Pinon. | Designed by.L'article n'a pas été envoyé - Vérifiez vos adresses e-mail !La vérification e-mail a échoué, veuillez réessayer.Impossible de partager les articles de votre blog par e-mail.Deux cents ans après le suicide de l'officier Ellen Ripley, une équipe de généticiens clone la jeune femme afin de récupérer l'alien vivant en elle, qui n'est autre qu'une reine. Elle forme un duo exceptionnel avec Johner (Ron Perlman), dont le côté bad boy est peut-être un peu navrant. Seuls les aliens, bien faits, m'ont plu, en addition à cette équipe d'ordures qui peut parfois se trouver marrante, mais sinon ... non non. De plus on s'attache aux personnages (mention spéciale à Call), à contrario des anciens. Heureusement ils ont trouver une très bonne idée scénaristique qui passe très bien ( le clonage ) . Objet sublime et mythique de la science-fiction.Difficile de passer après Ridley Scott, James Cameron et David Finsher. Une très bon volet.Jean-Pierre Jeunet aux commande de ce nouveau volet de la saga Alien, repousse une nouvelle fois les limites de la Science-Fiction ! Bien que très décrié, je trouve que "Alien : La résurrection" mérite une tout autre réputation. Les producteurs de la franchise ont décidés de confier la réalisation de ce quatrième opus à un petit frenchie bien de chez nous à savoir le réalisateur Jean Pierre Jeunet ( « Delicatessen  » , «  La cité des enfants perdus  » , «  Amélie Poulain » , «  Un long dimanche de fiançailles » ) . Certains moments du scénario seront troublants mais je n'en dis pas plus. Objet sublime et mythique de la science-fiction, Alien a acquis ce statut d’intouchable propre aux chefs-d’œuvre. On suivra donc Ripley (enfin la fausse qui n'a plus grand chose de l'original) qui tentera de s'échapper accompagnée d'une bande de bras cassés pas du tout clichés: le gros balèze bien bourru, le black rasta trop cool, la bombasse en tenue moulante, etc... En cadeau on aura droit à un nouvel alien, un "truc" grotesque qui prendra Ripley (enfin son clone) pour sa "môman". Les Aliens ne servent à rien d'autre qu'à servir de cibles. Voilà un des autres partis pris de,surprise on s’attendait au pire avec cet alien 4 hors jean-pierre jeunet s’en sort avec les honneurs. au sein de la saga spatiale la plus culte de tous les temps avec Star Wars, au final, ne m'a pas totalement déplu. L'idée de développer un film centré sur un autre personnage que Ripley est bien sûr étudiée et testée.Plusieurs versions existeront avant celle que le studio validera, avec plusieurs fois un climax qui se déroule sur Terre. Parce que je pense que niveau effets spéciaux c'est au top, la photographie retravaillé par rapport au 3, puis point principal, on s'attache à tout l'équipe qui tente de survivre comparé au 1er ou là franchement sa me faisait ni chaud ni froid... Puis Sigourney Weaver est toujours excellent !! ), cet Alien marque par la patte Jeunet, mélange jaune baveux servit avec un humour décalé. L'alien mutant mi-humain est une horreur (sans doute l'effet voulu) ; et malheureusement, on nous a encore fait le coup de l'alien qui se faufile dans le vaisseau d'évacuation. Après avoir détesté ces ignobles créatures dans les trois précédents films, on en vient presque à éprouver une forme de pitié pour le dernier-né, un monstre humain tellement expressif. Bah oui, parce que si vous mangez une pomme et que je vous clone, votre clone aura aussi une pomme dans l'estomac, logique non? Surprise marrante, également, de retrouver Brad Dourif (le Grima Wormtongue du Seigneur des Anneaux) après avoir vu Ian Holm apparaître dans le volet 1. C'est esthétique a souhait, je veux dire par la qu'on voit bien que du jeunet, et je trouve qu'il s'en sort bien. Bref, je perçois sans mal l'importante part de subjectivité dans l'appréciation de ce volet 4, ainsi que les défauts qui ne manqueront pas d'appeler à certaines réticences. On se dit qu’elle a mérité à un repos bien mérité sur sa planète après toutes ses mésaventures dans l’espace face aux Aliens,Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs,Les meilleurs films de tous les temps selon la presse,Un pays qui se tient sage Bande-annonce VF,A la recherche de l'excellence Bande-annonce VF. sans atteindre des sommets il est vrai, le film se laisse voir sans problème et procure son lot de sensation forte seul bémol les personnages sont un peu caricaturaux. Freeman) et Jonathan Gediman (Brad Dourif), ont entrepris de la cloner pour récupérer l’alien qu’elle « couvait », évidemment reine. Pour moi, en instaurant son atmosphère glauque et en générant toute une série de personnages farfelus issu de son univers un peu brindezingues, Jeunet a su apporter du neuf tout en renouant avec l’esprit original.